Pas d’allemand, pas de chocolat !

Espagnol, chinois, swahili… des défis pour certains, des cauchemars pour d’autres, mais il n’est jamais trop tard pour apprendre une nouvelle langue!

Que ce soit par plaisir d’apprendre ou pour gagner en valeur ajoutée, on n’est jamais trop vieux pour apprendre une nouvelle langue, qu’on se le dise. Mais comme dans toute acquisition de nouvelles compétences, il vaut mieux savoir où l’on met les pieds histoire de ne pas décrocher trop tôt! Je vous transmets les conseils que les pros du dico m’ont toujours donnés: a) cherchez une très bonne source de motivation, et b) trouvez une utilité immédiate à l’apprentissage (surtout cette dernière). Et si cela ne suffit pas à motiver les troupes, lancez-vous dans l’expatriation. Un argument qui se suffit à lui-même ! 😉

Je dis cela aujourd’hui comme une évidence, mais sachez qu’en début d’année je n’étais pas très chaude (et c’est peu dire!) à l’idée de retourner sur les bancs d’école. Pourtant il m’a suffit d’à peine quelques passages devant les vitrines des chocolatiers de Berne pour que l’inspiration revienne au galop. Merci chers Maîtres, vous avez tapé dans le mille! Le premier de mes objectifs a été rapidement défini: « Pas d’allemand, pas de chocolat ». Si ce n’est pas une motivation solide ça…

Chocolat-suisse

Lire la suite

Nairobi, du safari pour touristes pressés

Le Nairobi National Park et le Safari Walk, deux beaux échantillons de la faune kenyane pour touristes pressés

Je sais, ce blog passe souvent du coq à l’âne: Kenya, Suisse, Écosse, Kenya, peut-être bientôt la Turquie, qui sait! On revient, on repart, on repart, on revient… mais toujours une constante chez moi: J’adore ça. Cette semaine, je repars donc en Afrique! Enfin, façon de parler…

Il n’y a pas si longtemps, j’échangeais sur des forums de voyageurs et d’expatriés à propos de la pertinence de visiter une ville pendant une escale d’aéroport. C’est souvent le cas de figure d’une grande capitale. Ce qui à première vue est une énorme tentation peut rapidement se transformer en piège pour peu qu’on surestime l’efficacité des moyens de transport. En Europe c’est tout à fait faisable, où du moins selon mon expérience. Barcelone, Madrid, Dublin… en une demi-journée, on peut faire un petit tour en ville histoire de prendre la température locale. Les quelques fois où je me suis risquée hors d’un terminal d’aéroport, c’est parce que les transports pour rejoindre le centre ville promettaient d’être rapides et infaillibles. jusque là, ils ont toujours tenu leurs promesses.

Quid de Nairobi lors d’une escale au Kenya ? Et bien… quitter l’aéroport Jomo Kenyata International pour visiter le centre ville en quelques heures est absolument à bannir,  sauf cas de forte carence en adrénaline. Au mieux on finira immobilisés dans des embouteillages loufoques (mieux qu’un film de Louis de Funès!) et au pire, on ratera son avion. Une expérience qui ravira les seuls adeptes des sueurs froides.

Lire la suite

Bonnes adresses Aberdeenshire

Bonnes adresses made in Scotland que nous avons appréciées pendant notre séjour à Aberdeen, mais aussi dans sa région.

Quand je pars en vacances, mes papilles ont toujours leur mot à dire, et l’Écosse est une destination qui se savoure lentement et intensément, un peu comme un single malt. Je vous parle, dans ce billet, des quelques adresses qui m’ont interpelée, certaines plus connues que d’autres, et qui méritent leur place dans mon panthéon de la gourmandise.  Voici comment je gouterais à l’essentiel de l’Aberdeenshire en 4 petites étapes et une grande dose de convivialité. Parce qu’avec des amis, c’est encore mieux.

Lire la suite

Écosse: clin d’œil à l’Aberdeenshire

Randonnée, vieilles pierres et le parfum du single malt. Avec ce petit clin d’œil à l’Aberdeenshire, c’est ici que ma boucle est bouclée.

Autour d’Aberdeen, on retrouve ces étendues de terre fertile qui font la joie du savoureux Aberdeen Angus beef. Des paysages plats, sans colline ni vallonnement, de quoi décourager (ou rendre impatient) le visiteur qui aurait déjà parcouru d’autres coins splendides du pays. Coincé entre les montagnes et la mer, l’Aberdeenshire compte 300 châteaux, 8 distilleries et plus de 250 km de plage sauvage, il y a bien là de quoi lui trouver quelques mérites, non ? Nous lui avons accordé sa chance.

La diversité de lieux est telle que je ne vois pas meilleure façon de profiter de la région qu’en changeant complètement de scénario à chaque étape, voire en faisant des petites incursions dans la région voisine. Voici la trilogie qui nous a bien plu : randonnée, spiritueux et vieilles pierres. D’autres suggestions ?

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :