Archives du mot-clé Bonnes adresses

Un thé à Istanbul

Byzance, Constantinople, Istanbul… toujours aussi magnétique, toujours aussi belle que dans les récits que j’avais pu lire… mais depuis l’été 2015, de plus en plus de touristes s’en éloignent. Quel grand dommage pour cette destination traditionnellement convoitée par tout bon amateur d’histoire des civilisations. Où sont passées les hordes de visiteurs ? Lire la suite Un thé à Istanbul

Publicités

Bonnes adresses Aberdeenshire

Bonnes adresses made in Scotland que nous avons appréciées pendant notre séjour à Aberdeen, mais aussi dans sa région.

Quand je pars en vacances, mes papilles ont toujours leur mot à dire, et l’Écosse est une destination qui se savoure lentement et intensément, un peu comme un single malt. Je vous parle, dans ce billet, des quelques adresses qui m’ont interpelée, certaines plus connues que d’autres, et qui méritent leur place dans mon panthéon de la gourmandise.  Voici comment je gouterais à l’essentiel de l’Aberdeenshire en 4 petites étapes et une grande dose de convivialité. Parce qu’avec des amis, c’est encore mieux. Lire la suite Bonnes adresses Aberdeenshire

Seychelles, y a-t-il une vie après la plage?

Bonnes adresses à Mahé, l’île principale, et quelques balades après la plage

Après l’aperçu de mon premier billet sur l’archipel, les activités principales aux Seychelles on se les figure bien, n’est-ce pas ?…

On dort bercés par les vagues (ou par du reggae assourdissant, c’est selon), on profite de la plage à l’aube quand tout le monde dort, on prend le petit-déjeuner en terrasse ou sur le sable, et on part découvrir chaque jour une nouvelle plage un peu plus loin, il y en a tant et de si belles avec l’océan qui reste toujours à portée de main… On ne peut pas échapper à la mer cristalline, au sable fin comme du talc, au bleu seychellois. Et puis le soir, on se repose de longues journées à la plage… stop ! Cela arrive parfois, que tout le monde ne soit pas au même niveau de zénitude ! Moi-même, malgré avoir longtemps vécu à quelques pas de la méditerranée, je me vois mal passer une semaine à faire la crêpe… même pas sur un sable de rêve (et aussi parce que je milite pour qu’on fasse de notre temps d’oisiveté autre chose que passer une semaine à siroter des cocktails dans un hôtel de luxe). Alors comment s’occuper lorsqu’on a les jambes qui fourmillent, et cela même sur la plus paradisiaque des îles ?

Lire la suite

Street-food & bière, Anvers

Et autres bonnes surprises de mon court séjour à Anvers, fin janvier.

A l’heure où à Paris on s’extasie devant le moindre camion qui fume, je constate à quel point la pratique de la restauration ambulatoire est ancrée en Belgique. Ici les food trucks n’ont rien inventé. Manger sur le pouce, oui. Mais surtout, manger dehors. Voilà la vraie tradition en Belgique. Ça vient de loin. Et de tous les plats… c’est la frite qui bat des records. C’est amusant, pour un cornet de frites, les anversois sont ravis de prolonger une queue qui fait déjà facilement plusieurs mètres. Et ce qui est prodigieux, c’est qu’ils le feront par grand froid, jour de pluie ou tempête de neige.

Plusieurs fritkots ou friteries se partagent le centre-ville. Le réflexe à adopter avant toute dégustation :
1- Penser à la sauce tartare,
2- Ne pas s’attarder sur le bilan nutritionnel.

Si on aime la frite, ici il y en a des bonnes: Frituur n1 à un jet de pierre de la Grote Markt. Un grand moment!

Le samedi matin à l’hôtel, en ouvrant les rideaux : vue sur le marché du Theaterplein, dit Marché exotique.

Vue marché exotique Ibis CentrumJe vous assure, on n’a pas fait exprès de trouver une chambre avec vue. Du coup, changement de plans. Il faut savoir s’adapter aux accidents de parcours.

On va même prendre notre première collation au marché. Petit déjeuner à la cafétéria ambulante, et l’occasion de se réveiller tout doucement en italien ! Moi, je vais me chercher une gaufre liégeoise, j’en rêve depuis l’arrivée.

Marché exotique:
Theaterplein et alentours
Samedi, de 8 à 16 heures
(sauf les jours fériés)

Il est 9h00 du matin et ça grouille de monde. A peine une heure entre les étalages, on n’a déjà plus faim. Les occasions de déguster foisonnent et nous avons déjà pris l’apéro sans faire exprès.

la suite c’est par ici