Archives pour la catégorie Bonnes adresses

J’apprends l’allemand en Suisse!

En général, je tâche de plonger le lecteur dans le dépaysement mais aujourd’hui c’est dans une drôle de balade géolinguistique que je risque de vous embarquer. Alors si ceci n’est pas votre tasse de thé, vous feriez peut-être mieux de descendre au prochain arrêt ;-). Lire la suite J’apprends l’allemand en Suisse!

Bonnes adresses Aberdeenshire

Bonnes adresses made in Scotland que nous avons appréciées pendant notre séjour à Aberdeen, mais aussi dans sa région.

Quand je pars en vacances, mes papilles ont toujours leur mot à dire, et l’Écosse est une destination qui se savoure lentement et intensément, un peu comme un single malt. Je vous parle, dans ce billet, des quelques adresses qui m’ont interpelée, certaines plus connues que d’autres, et qui méritent leur place dans mon panthéon de la gourmandise.  Voici comment je gouterais à l’essentiel de l’Aberdeenshire en 4 petites étapes et une grande dose de convivialité. Parce qu’avec des amis, c’est encore mieux. Lire la suite Bonnes adresses Aberdeenshire

Street-food & bière, Anvers

Et autres bonnes surprises de mon court séjour à Anvers, fin janvier.

A l’heure où à Paris on s’extasie devant le moindre camion qui fume, je constate à quel point la pratique de la restauration ambulatoire est ancrée en Belgique. Ici les food trucks n’ont rien inventé. Manger sur le pouce, oui. Mais surtout, manger dehors. Voilà la vraie tradition en Belgique. Ça vient de loin. Et de tous les plats… c’est la frite qui bat des records. C’est amusant, pour un cornet de frites, les anversois sont ravis de prolonger une queue qui fait déjà facilement plusieurs mètres. Et ce qui est prodigieux, c’est qu’ils le feront par grand froid, jour de pluie ou tempête de neige.

Plusieurs fritkots ou friteries se partagent le centre-ville. Le réflexe à adopter avant toute dégustation :
1- Penser à la sauce tartare,
2- Ne pas s’attarder sur le bilan nutritionnel.

Si on aime la frite, ici il y en a des bonnes: Frituur n1 à un jet de pierre de la Grote Markt. Un grand moment!

Le samedi matin à l’hôtel, en ouvrant les rideaux : vue sur le marché du Theaterplein, dit Marché exotique.

Vue marché exotique Ibis CentrumJe vous assure, on n’a pas fait exprès de trouver une chambre avec vue. Du coup, changement de plans. Il faut savoir s’adapter aux accidents de parcours.

On va même prendre notre première collation au marché. Petit déjeuner à la cafétéria ambulante, et l’occasion de se réveiller tout doucement en italien ! Moi, je vais me chercher une gaufre liégeoise, j’en rêve depuis l’arrivée.

Marché exotique:
Theaterplein et alentours
Samedi, de 8 à 16 heures
(sauf les jours fériés)

Il est 9h00 du matin et ça grouille de monde. A peine une heure entre les étalages, on n’a déjà plus faim. Les occasions de déguster foisonnent et nous avons déjà pris l’apéro sans faire exprès.

la suite c’est par ici

Speed-weekend, Aachen #2

Des eaux chaudes-bouillonnantes, voilà ce que j’ai à l’esprit depuis lundi. Est-ce parce que j’arrive au bout d’une semaine particulièrement éprouvante côté santé? Ou est-ce parce que les températures ne cessent de chuter? En tout cas, tout cela m’incite à replonger dans ma visite éclair à Aachen fin novembre (commencée ici).

Notre weekend ne s’est pas réduit à quelques saucisses et vins chauds entre deux balades. Je me réjouis d’ailleurs de voir que le Thalys affiche toujours de belles promos. Alors, si cette destination vous parle, voici mon récit dans cette ville hivernale et bouillonnante à la fois ! Avec quelques adresses pour les plus pressés.

Oui, oui, Aix-la-Chapelle vaut bien le détour ne serait-ce que pour un weekend éclair.  Au temps de l’Avent la ville regorgeait de charme avec un centre-ville très facile à parcourir en quelques heures. Autour de la mairie et de la cathédrale, on se promène aisément et sans agitation à la découverte des nombreuses statues aux visages enfantins.

Un centre-ville à l’échelle du piéton ! C’est tout comme j’aime, même par ce froid sec et piquant de saison.

la suite c’est ici