Archives pour la catégorie Espagne

Barcelone entre filles

Cela fait quelque temps que je ne suis pas passée par ces pages. Et ce ne sont pas des escapades à vous raconter qui me manquent, mais surtout le temps ! Les anglophones ont tellement raison : Time is Money. Des imprévus, des projets très prenants et l’approche des grandes vacances m’ont tenue éloignée du clavier, ce qui ne m’a pas empêchée de suivre vos publications et de continuer à lire les blogs auxquels je suis abonnée. Et puis, je ne me suis pas non plus privée de quelques petits voyages par-ci et par-là… vous commencez à me connaître !

Début juillet, j’ai pu faire un petit saut en Espagne, à Barcelone, pour fêter l’anniversaire d’une amie proche (la France m’a bien appris que la quarantaine, ça se fête !), où j’ai découvert une capitale catalane bien différente de celle d’il y a 4 ans lors de mon dernier passage.

Sur Barcelone, je pourrais en dire long. J’ai eu le plaisir de la visiter à tout âge, époque et saison, seule ou en couple, en famille ou avec des amis. L’une de mes meilleures amies d’enfance y habite depuis plus de vingt ans, la tentation d’y retourner revient donc sans cesse…

Si ce n’était pas un parfait anachronisme, je pourrais presque me vanter d’être parmi celles qui ont vu poser la première pierre du temple de Gaudí 😉

Ces dernières années les changements sont perceptibles à l’œil nu et samedi dernier j’ai vu un centre ville fourmiller de touristes comme jamais. Il arrive aux principales artères de la capitale catalane le même phénomène qu’à Paris avec les Champs Elysées : les entreprises et les habitations fuient de force au nom du tourisme. Le centre ville devient un lieu consacré prioritairement aux badauds étrangers et à la dépense.

Façade Casa Batllo

Mais moi, cette ville, quoi qu’elle commence à perdre son âme, je l’adore quand même. A chaque fois que j’émerge par l’escalator du train à Passeig de Gràcia, face à face avec la magnifique Casa Batlló, c’est le frisson assuré. Cette ville contient à elle seule tout ce que j’aime de l’Espagne.

lire la suite par ici

Publicités

Courdoue est une fête!

Avant-goût du Festival des patios 2015.
Dates et conseils pour la visite du 4 au 17 mai 2015.

Vu les milliers de merveilles que protège actuellement l’UNESCO sur la planète, il n’est pas rare qu’un site classé se glisse, à un moment ou à un autre, dans mon itinéraire de voyage. Certainement aussi dans le vôtre ! C’est toujours une idée séduisante… mais trompeuse car, à moins de se tourner vers « l’immatériel » comme la gastronomie (et encore…) ou les traditions populaires, l’équilibre budgétaire en prend un sacré coup. La bonne nouvelle, c’est que l’événement classé à l’Unesco dont je vous parle en cette occasion ne demande pas de frais supplémentaires. Voilà le prétexte qui pourrait vous motiver à faire un petit tour dans le sud de l’Espagne.

Avec l’arrivée des beaux jours, et comme je sais que vous avez apprécié mon billet sur les serres de culture d’orchidées en région parisienne, j’ai envie de vous proposer une nouvelle visite au goût de printemps : le Festival des patios qui se tient à Cordoue chaque année au mois de mai. Une manifestation saisonnière du sud de l’Espagne qui connaît un succès grandissant auprès du tourisme étranger, mais surtout, une découverte de Cordoue pas comme les autres.

Qu’est-ce donc qu’un « patio » ? Selon le Larousse en ligne :

PATIO, subst. masc. Espace découvert clos autour duquel sont disposées, et sur lequel s’ouvrent, en général par des portiques, les diverses pièces d’une habitation.

Dans le sud de l’Espagne et la Méditerranée, c’est bien plus que cela. On trouve le patio immanquablement dans les habitations du sud du pays, héritières des structures de construction romaines et/ou musulmanes. Dans une région aussi chaude que l’Andalousie, l’habitat traditionnel tourne autour de cette pièce noyée dans une végétation abondante, et souvent pourvue d’une fontaine ou d’un puits qui peuvent servir à recueillir l’eau de pluie.

A travers le Festival, Cordoue met en valeur cette spécificité architecturale comme aucune autre ville dans le sud ne saurait le faire. lire la suite du billet

Rando-dodo-rando! Sierra de Cazorla

Ça y est nous sommes bien arrivés !

Pas besoin d’aller très loin pour plonger dans la nature. Notre hôtel est le point de départ de plusieurs sentiers de petite randonnée (3h max). Très tôt le matin, il suffit de prendre le chemin qui descend en contrebas de l’hôtel et très vite on se surprend à marcher sur un tapis de pommes de pin, parmi des dizaines de sauterelles surprises par le bruit de nos pas.

Biches à l'ombre

Rien que nos pas ici, et lorsqu’ils s’arrêtent,

le silence

Le sentier descend et croise plusieurs ruisseaux asséchés par le manque de pluie en cette saison. Émerveilles, nous découvrons des familles entières de biches, des lézards, une myriade de papillons qui nous tournent autour. Et puis, l’aigle majestueux qui nous survole.

Sur le chemin de retour, le soleil dans le dos, nous jouons à pourchasser notre ombre, comme lorsque nous étions enfants. Un jeu qui nous aide à oublier le poids de la chaleur, devenue écrasante. De loin, nous apercevons l’ancien pavillon, solitaire, dissimulé par la verdure.

Le petit-déjeuner de 10h nous attend.

la suite c’est par ici…

Escapade andalouse: Sierra Cazorla

Les étés où nous passons des vacances chez mes parents, pendant la nuit il m’arrive souvent de me réveiller en sueur.  A seulement une heure de la mer, dans ma petite campagne qui ne connait pas la brise méditerranéenne, la chaleur ibérique peut devenir vite insidieuse.

Cette année justement, vers la mi-août, je me suis réveillé en nage. Assaillie par des souvenirs d’une fraîcheur lointaine, je me suis abandonnée à la rêverie. Une simple stratégie de fortune pour échapper à la chaleur suffocante. Le désir de me transporter vers l’origine de ces souvenirs a été tellement fort que je m’y voyais déjà. C’était l’été de mes 16 ans et je séjournais dans le sud. Quel appétit soudain de nuits fraîches et de journées à l’ombre de la canopée !

Oui, l’autosuggestion ça marche…. temporairement. Mais on peut faire mieux.

Voilà donc qu’en moins de 48h j’ai improvisé une visite au Parque Natural de Sierra de Cazorla. Des longues nuits de sommeil complet en perspective, de quoi se réjouir rien qu’à l’évoquer.

La première fois que j’ai mis les pieds dans cette réserve naturelle, à seulement 4h de la méditerranée, c’était pour m’entraîner à l’art du camping. Plus de 20 ans après, j’y retourne pour un séjour plus coquet dans le Parador de Cazorla. Situé dans la partie sud du parc, cet ancien pavillon de chasse restauré est la promesse d’un séjour dodo-rando-dodo. Tout un programme devant nous !

A 4h de la région d’Alicante, cette destination par la petite route A319 est un délice. La plaine aride de la Mancha cède progressivement la place aux montagnes rocailleuses, puis quelques dizaines de kilomètres plus tard, les premiers champs aux feuilles argentés se dessinent devant nous. Nous ferons la route ensemble, car ici nous sommes au royaume de l’olivier.

la suite c’est par ici…