Écosse: clin d’œil à l’Aberdeenshire

Randonnée, vieilles pierres et le parfum du single malt. Avec ce petit clin d’œil à l’Aberdeenshire, c’est ici que ma boucle est bouclée.

Autour d’Aberdeen, on retrouve ces étendues de terre fertile qui font la joie du savoureux Aberdeen Angus beef. Des paysages plats, sans colline ni vallonnement, de quoi décourager (ou rendre impatient) le visiteur qui aurait déjà parcouru d’autres coins splendides du pays. Coincé entre les montagnes et la mer, l’Aberdeenshire compte 300 châteaux, 8 distilleries et plus de 250 km de plage sauvage, il y a bien là de quoi lui trouver quelques mérites, non ? Nous lui avons accordé sa chance.

La diversité de lieux est telle que je ne vois pas meilleure façon de profiter de la région qu’en changeant complètement de scénario à chaque étape, voire en faisant des petites incursions dans la région voisine. Voici la trilogie qui nous a bien plu : randonnée, spiritueux et vieilles pierres. D’autres suggestions ?

Quelques belles randonnées, courte distance

Le chemin qui relie les falaises de Bullers of Buchan à Cruden Bay. Paysages époustouflants et rochers façonnés par la violence de la mer. Les ruines du Slains Castle, déjà près de Cruden Bay, apportent une petite touche spectrale à la balade. Si la pluie est avec vous, scène d’épouvante garantie ! Chemin étroit, proche des falaises  mais sans danger, pour autant qu’on adopte un comportement responsable. A ne surtout pas tenter après la visite d’une distillerie 😉 . Une randonnée qui peut se faire dans les deux sens. Compter un peu plus de 4 km.

A une heure de voiture à l’ouest d’Aberdeen se trouve l’une des entrées aux Cairngorms, le parc Naturel le plus grand du Royaume Uni. Une partie du Parc se situe dans la région de l’Aberdeenshire. Il offre des dizaines de chemins et de paysages (je vous en parle et j’ai la chair de poule !), encore un paradis pour les amateurs de liberté et de grands espaces. Nous y avons fait deux circuits. Deux balades sympas mais improvisées, et un peu pris par le temps, car la météo n’a pas cessé de nous faire des farces.

Entre les villages de Ballater et Braemar, l’ un des points les plus hauts de l’Écosse (et on le sent bien), se cache le magnifique Loch Muick. Des averses de neige et un vent glacial, mais lorsque le soleil réussi à percer, on retrouve l’Écosse comme on l’aime : des sommets enneigés, une lande aux couleurs pastel et la sensation d’être seul au monde. Au Loch Muick on y croise souvent des familles de cerfs. Une rencontre toujours aussi exceptionnelle, sachant comment ils sont craintifs. Cette image résume notre balade:

L’entrée du Parc, en arrivant par Aboyne, débouche sur la réserve naturelle de Muir of Dinnet qui offre plusieurs sentiers de randonnée. Très proche d’Aberdeen, cette petite réserve se situe déjà dans les Cairngorms. Nous avons choisi le circuit du Loch Kinord. Une balade reposante bercée par les lumières chaudes et douces de la fin du jour. Compter une boucle de 6 km en bord de lac.

Note : il y a toujours des zones de parking bien signalisées et entretenues à chaque site de randonnée (avec des toilettes propres). Sauf erreur de ma part, l’accès aux Cairngorms est gratuit. Sur le site web du Parc vous avez des infos permettant de vérifier la météo. Très pratique, je trouve, puisque par risque de brouillard il vaut mieux ne pas s’y aventurer.

Si vous ne venez que pour la marche, l’un des sentiers écossais de grande randonnée connu comme le Speyside Way (moins populaire que le West Highland Way) passe par les Cairngorms. Et sinon, mon site web incontournable pour la rando en Écosse: le Walkinghighlands avec des circuits par région, durée et difficulté. Que de splendides balades en perspective!

Châteaux romanesques

Oui, mais lequel choisir parmi tous ceux qui vous ouvrent leurs portes sur le Castle Trail ? Se décider pour un seul nous était insupportable, alors on en a pris deux. Deux sites, deux caractères radicalement différents. Un manoir de conte de fées dans un cadre bucolique, entre fermes et moutons : le Craigievar Castle que nous ne connaissions pas. Bizarre de voir des photos si ensoleillées, n’est-ce pas? Merci l’Écosse pour ces quelques heures de répit météorologique qui nous ont permis de pique-niquer sur l’herbe!

Mais aussi un château dans un cadre typiquement romanesque : les ruines de la forteresse de Dunnotar Castle dressées sur un promontoire rocheux dans le village de Stonehaven, au sud d’Aberdeen. Ce dernier est un pur délice pour les amateurs de photo. Il est toujours possible de rejoindre le site depuis le village par un chemin de falaises qui alterne les collines et la plage. Le site n’est pas si vierge qu’il y a vingt ans, mail la magie opère toujours. On reste sans voix.

Dunnotar-Castle-Scotland

Dunnotar-Castle-Stonehaven

Note : L’entrée aux bâtiments est payante (visite guidée). Mais si vous êtes là seulement pour la photo et l’ambiance, les jardins et les panoramas extérieurs offrent déjà un cadre magnifique.

Rituels du Speyside

En ce weekend de Pâques, nous étions nombreux à solliciter les marques les plus célèbres de whisky dans le Speyside. Se pointer pour un tour lorsqu’on est déjà 6 participants, c’est perdu d’avance. Tout était réservé. Nous avons donc sollicité Strathisla, la deuxième adresse dans notre liste de désidérata. Moins populaire. Moins demandée. Des spiritueux surprenants. Nous étions tous d’accord que c’était un choix judicieux. La distillerie de Strathisla se situe à Keith, dans la région voisine, mais tout près de l’Aberdeenshire. Le cadre est idyllique, quoique un peu maussade ce jour-là, et la visite dure 1h environ. Une fois le tour achevé, une dégustation « expliquée » de 4 drams s’ensuit.

En général, les distilleries proposent deux tours différents : une introduction avec infos sur l’élaboration du whisky et l’histoire de la maison ou une dégustation approfondie (une masterclass) pour les connaisseurs et les plus enthousiastes. Bien entendu, le choix de l’option fait le prix.

La maison Strathisla appartient aujourd’hui au groupe Chivas Brothers (avec Aberlour, Scapa et Glenlivet entre autres). Se faisant très discrète, Strathisla contribue depuis toujours aux blends de la marque Chivas. Après le tour, nous avons dégusté très-par-ci-mo-nieu-se-ment 1 Strathisla 12 ans, 1 single grain et 2 blends. Je crois que le single malt 12 ans a fait l’unanimité et, je vous l’assure, à aucun moment on n’a laissé échapper la part des anges 😉 .

A savoir que visiter une distillerie est une prouesse pour le cerveau en raison de la technicité des procédures et d’un lexique très pointu. L’accent du coin, les bruits de fond et les effluves d’éthanol n’aident pas non plus.

Note : Lors de la dégustation, pensez à désigner un « driver » qui participera à la dégustation sans y toucher ! Dur, dur, mais c’est pour la sécurité de tous. Rassurez-vous, celui qui choisira de se sacrifier n’aura rien raté au plaisir de cette expérience. On lui remettra toutes les doses de whisky dégustées dans des fioles à emporter. Il va sans dire qu’il faut être majeur pour ce type d’expérience.

Si vous êtes connaisseur, ça vaut la peine de visiter les distilleries au moment du Whisky Festival de chaque région. Pour avoir fait il y a quatre ans le Festival de Islay & Jura (dans la région de l’Argyll and Bute), je peux vous dire que Mister, en vrai adorateur de Lagavulin, s’en souviendra jusqu’à la fin de ses jours.

A noter que les écossais commandent le whisky en drams, si vous demandez « a glass of whisky » vous serez vite démasqués (un intrus !). Enfin bon, disons que l’accent français doit pas mal jouer, non?

Aujourd’hui l’Écosse continue d’exercer sur moi une attraction magnétique. Elle a tout ce que j’aime : un peuple fier de ce qu’il est, des délicieuses bières, des whiskys de folie, et une lande de rêve qui ne demande qu’à être sillonnée. Si seulement les températures étaient plus clémentes et la pluie moins présente, ce serait mon paradis ! Un peu comme le Kenya, car certains paysages m’ont bien rappelé les Highlands écossais.

Cette fois-ci, j’ai profité pour mettre à jour mon carnet d’adresses gourmandes, je propose de vous en parler dans mon prochain et dernier billet (un dernier, promis) sur ce merveilleux pays qui en plus, et c’est tout à son honneur, boude le Brexit !

So

Publicités

6 réflexions sur “ Écosse: clin d’œil à l’Aberdeenshire ”

  1. Ah ça donne envie! de grandes balades, de pluie même (!!), de châteaux et d’histoires de chevaliers et d’alcool même si je ne suis pas forcément une grande amatrice (je serais plutôt Sam, le conducteur désigné!) mais pour rien que pour la balade, je me joins à vous la prochaine fois!

    Aimé par 1 personne

    1. Tu sais, même quand on la connais déjà, on rêve toujours d’y retourner. La vue de la campagne écossaise suscite des émotions magiques. J’espère qu’un jour ta visite sera réelle, rien que l’expérience linguistique vaut le détour!

      J'aime

Ne soyez pas timides, dites quelque chose...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s