Islande : Ce pays qui a mis mon esprit en branle

Mes derniers billets râlaient pas mal sur le fait de ne pas avoir eu un mois d’août très « détente ». Je ne serais pas tout à fait honnête si je vous cachais que j’ai quand même fait un aller-retour à Nairobi « en éclaireur », une petite visite de reconnaissance, histoire de voir à quoi ressemble la ville qui va m’accueillir prochainement. Et pendant que je ne parcourais pas la ville à la recherche d’une maison ou de la marque préféré de croquettes de ma boule de poils, j’ai profité des quelques heures à l’hôtel et du confort de ma chambre (pas le choix : la piscine était en travaux) pour émietter et savourer mes souvenirs d’Islande. Je me suis donc plongée dans la rédaction de quelques billets qui, je me disais, pourraient donner un coup de pouce à des voyageurs hésitants ou simplement à des rêveurs et des amoureux de la contemplation comme moi.

Penser à l’Islande en séjournant au Kenya, je vous assure qu’à ce jour je n’avais pas testé plus fort comme moyen de tromper l’esprit!

L’Islande est un endroit dont je soupçonnais à peine l’existence avant que la calotte de l’Eyjafjallajökull se décide à cracher le gros morceau. Ce phénomène qui a plongé l’Europe dans la poussière il y a cinq ans, m’a littéralement fascinée. Depuis, mon attirance pour l’Islande vient de ce que les paysages de cette île étaient pour moi indéfinissables tant que je ne les avais pas (vus) vécus. Une sensation similaire à celle ressentie durant mon road trip dans le Salar d’Uyuni en Bolivie ou sur le sentier qui mène au glacier du Fitz Roy en Argentine : aucune photo n’aurait jamais suffi à me donner le vertige. Il fallait y être.

Je n’irai pas jusqu’à m’auto diagnostiquer le Syndrome de Stendhal mais l’Islande m’a produit un « drôle » d’effet. Drôle et puissant. Accoutumée à un quotidien parisien délirant où tout bouge en l’espace de quelques minutes, où mes projets basculent du jour au lendemain, où l’on me sollicite en permanence… l’Islande ne pouvait pas me faire de plus beau cadeau : la quiétude.

Sur la route au coucher du soleil_Islande

Il faut dire que là-bas, face à des kilomètres (et des kilomètres…) de terre nue et stérile repose une espèce d’éternité, comme si ces paysages ignoraient le temps. Et là où des dizaines de volcans vous embrassent, ou le sol vibre, respire, ronfle, crache et la terre risque de s’effondrer sous vos pieds, je n’ai trouvé rien d’effrayant. Bien au contraire, je me suis sentie rassurée car cela faisait des années que je n’avais pas aperçu autant de terre et de ciel accessibles à ma vision.

Pendant mon séjour, ma mémoire essayait inconsciemment de se raccrocher aux souvenirs sauvages de l’Amérique du Sud. Mais ce territoire vide (ou presque) qu’est l’Islande a fini de me convaincre qu’il ne ressemble à aucun autre pays.

Chacune de mes randonnées n’ont été que solitude et silence : le bonheur de n’entendre que l’écho de mes propres pensées. Autrement dit, pendant plus de 20 jours, j’ai traversé des paysages à séduire les gourous de la santé mentale. Et je suis ainsi arrivée à la conclusion que, de deux choses l’une, soit ces étendues verniennes vous aèrent l’esprit et vous ressourcent, soit elles vous rendent complètement fou. Quelle que soit votre expérience, leur impact est sans mesure.

Ce pays a mis mon esprit en branle, Oui !

[…] là les couches horizontales de roches superposées […] les bandes trachytiques, les éruptions de basalte, de tuf, de tous les conglomérats volcaniques, les coulées de lave et de porphyre en fusion, on fait un pays d’une surnaturelle horreur.

Voyage au centre de la Terre

…et Non, je ne suis pas de l’avis de Jules Verne. Je préfère dire que ces phénomènes ont fait un pays d’une surnaturelle beauté, et reste persuadée que, à vous aussi, le paysage vous fera cet effet  🙂 🙂

Peninsule de Snaeffell - IslandeDans la région de Myvatn - IslandeFumerolles, près de Myvatn - IslandeCol de Bakkagerdi à pied - Islande

Après un road trip en Islande, vous ne pourrez pas faire autrement que de vous demander si quelque part ailleurs sur le globe, le tellurique et le climatique forment un si beau ménage.

Voilà donc un petit avant-goût avec ce premier billet! Une petite série suivra, le temps que je pose mes valises à Nairobi.

Et vous, avez-vous déjà été saisis de force par la découverte d’un pays ? Lequel ? Allez, tentez-moi !

Publicités

7 réflexions sur “ Islande : Ce pays qui a mis mon esprit en branle ”

  1. De très belles couleurs ! Encore bravo à (aux ?) photographe(s) ! Une de mes anciennes collègues m’avait raconté son voyage en Islande (il y a 8 ans) et le plaisir qu’elle avait eu de parcourir l’ile en vélo. Est-ce que vous avez aussi été séduits par la petite reine 😉 ?
    Je n’ai malheureusement pas encore expérimenté le choc (positif) de la découverte d’un pays… Mais je sens que l’Islande pourrait y remédier un jour, who knows !

    Aimé par 1 personne

    1. A vélo, tu dis? Là chapeau! Peut-être en été mais l’aperçu de la méteo que j’ai eu au printemps m’a laissé littéralement de glace. Trop frileuse! Perso, j’hésiterai à faire du vélocyclisme en Islande sur un long séjour mais j’ai conscience que c’est une destination de rêve pour cela. Étant à New York il y a sûrement des vols type stopover à Reykjavik, ce n’est qu’une idée pour votre prochain retour en France…

      J'aime

    1. Alors si ton coeur balance entre l’hiver et l’été… coupe la poire en deux et fais comme moi, visite au printemps! Pas de foule et l’île qui se débarrasse à peine de son manteau de neige. Magique. J’en ai encore des frissons à l’évocation des paysages. Alors, convaincue?

      Aimé par 1 personne

Ne soyez pas timides, dites quelque chose...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s