Anvers, a girl’s best friend?

Un weekend de 3 jours dans le nord de la Belgique flamande.

La dernière fois que j’ai séjourné en Belgique ce fut à cause du volcan islandais Eyjafjallajökull. Celui-là même qui sema la pagaille dans le trafic aérien en 2010. A l’époque, mes vacances au Portugal sont parties en miettes, et par je ne sais quel hasard, je me suis retrouvée à Bruxelles pendant une petite semaine. Actuellement, je n’en tiens pas rigueur à l’Islande car j’adore Bruxelles. Ceci étant avoué, c’est aussi une ville qui ne dépayse pas le temps d’un weekend.

Pour moi, en Belgique, il faut s’éloigner de la francophonie. Et c’est là que le vrai dépaysement commence. Alors dernièrement, je me suis rendue à Anvers. Et nombreux sont ceux qui se demandent ce que je suis allée faire là-bas.

Pour la petite histoire, un jour déjà lointain, dans des îles plus que lointaines, j’ai mis la main sur un roman : The Love of Stones de Tobias Hill. Pratiquement le seul choix buvable resté dans les étagères d’un book-exchange des caraïbes, où je m’efforçais de tromper la sieste pendant que d’autres s’adonnaient à la plongée sur épaves. Depuis cette étrange lecture, j’ai su que je me devais de visiter Anvers.

Me voici enfin.

Quand bien même le monde des pierres précieuses ne ressemblerait plus à celui de la fin du moyen âge, comme Tobias Hill le dépeint, Anvers constitue toujours le centre mondial du diamant. Les vitrines et comptoirs de vente qui s’agglutinent autour de la gare centrale en témoignent ostensiblement : c’est le Diamond Square Mile. Et je peux me vanter désormais d’avoir mis les pieds dans le kilomètre carré le plus riche au monde 😉

En achetant mon billet pour Anvers, je rêvais de la visite d’un atelier de taille de pierres, de cailloux aux multiples facettes, d’observer des artisans à la tâche. Hélas, j’ai découvert trop tard qu’il fallait s’y prendre très tôt… A mon plus grand étonnement, la taille et le commerce du diamant ne sont plus le fief de la communauté juive orthodoxe. Aujourd’hui, les tailleurs de pierres les plus réputés d’Anvers sont des indiens jaïnistes installés majoritairement dans le district de Wilrijk rebaptisé « Little Bombay », au sud du centre historique.

A force d’oublier mes bagues dans les lavabos à chaque arrêt sur l’autoroute, je me contente maintenant du lèche-vitrines. C’est nettement plus rentable. En revanche, si vous, à votre passage à Anvers, vous avez décidé de ne pas manquer l’occasion de tomber sous le charme de ces petites pierres brillantes, une incursion dans le quartier des diamantaires peut s’avérer intéressante. Même le Thalys est de mèche, puisqu’il vous y dépose en plein cœur. Un tour rapide des vitrines dans les rues Pelikaanstraat et Westingstraat, où les prix jouent à cache-cache, et on se fait déjà une idée des grandes transactions invisibles aux yeux des passants. Vu qu’aucun prix n’est indiqué, faudra-t-il négocier sa bague de fiançailles ?

Trois jours pour profiter d’Anvers c’est l’idéal car il est aisé de se rendre d’une adresse à l’autre à pieds. Il y a bien de quoi occuper un long weekend.

Par une journée ensoleillée, je suggère un itinéraire simple. De fait, on apprivoise vite le centre historique et commercial d’Anvers. Surtout commercial, si comme moi, vous rencontrez les soldes. Ça fourmille ! Par exemple, on pourrait commencer la balade à proximité de l’imposante gare Anvers Central, par la rue de Keyserlei, puis Leysstraat, et tout droit jusqu’à la Meir, principale artère commerçante, bordée de boutiques.

Deux possibilités pour la suite. Soit on emprunte la rue Wapper à gauche, et vous allez direct à la Maison-musée de Rubens  (un conseil : sauf si vous êtes un inconditionnel de l’artiste, laissez la visite pour les jours de pluie). Soit on choisit de virer à droite : c’est le quartier médiéval. Remontez donc la Lange Clar Einstraat, pour traverser la Lange Nieuwestraat. Prenez ensuite la St Jacobstraat, puis la Keizerstraat. Les bâtiments témoignent des riches familles de l’époque de Rubens. Continuez jusqu’à la jolie place Hendrik Conscienceplein et vous échouez à l’église Saint Charles Borromée. Ensuite, tentez de serpenter par Wijngaardstraat, Melkmarkt, Lijnwaadmarkt et Handschoenmarkt autour de la cathédrale, où les ruelles portent les noms des anciens corps de métier. Cette partie est particulièrement charmante. Vous arrivez enfin à la Grote Markt ou Place Centrale. C’est un parcours assez classique permettant de visiter le centre d’Anvers en 1h30 à 2h.

Il y a autour de la Place Centrale des passages très discrets qui abritent de restaurants aux allures bobo-chic. Des vraies cachettes paisibles pour ceux qui ont soif d’exclusivité. J’ai été séduite par le passage du 16 Vlaaikensgang. Une ancienne ruelle médiévale et insalubre joliment restaurée. Une balade magique et gourmande.
Et si photogénique !

J’ai aussi suivi le cours de l’Escaut, vers l’ancien quartier des docks au nord du centre historique. En pleine réhabilitation, on sent que le quartier profite de sa seconde chance. C’est là que se trouve le bâtiment le plus surprenant de la ville : le MAS – Museum Aan De Stroom. Un vaste espace muséographique sur l’histoire et les traditions populaires. L’accès à la terrasse est gratuit, du moins lors de mon passage. L’ascension se fait par paliers, et Anvers se dévoile progressivement sur tous ses côtés. Arrivés au 10ème étage, on prend la mesure de sa vaste extension. Le trophée : une vue à 360.

Sous la lumière timide du soleil couchant, on côtoie ce qu’il y a de plus beau dans la ville, mais aussi le plus disgracieux.
Au nord, le grand port industriel.
Au sud, le cachet de la Belgique flamande.

MAC

Port industriel depuis MAC

Ville depuis MAC

Parce que cet après-midi, à la pointe de l’hiver, une belle balade au bord de l’eau reste une belle alternative. Allez, ma grande, ouvre grands tes poumons et aère tes pensées. Pour peu que tu aies ramené les tracas du quotidien parisien, n’aie pas de doutes, le coucher de soleil apaisera tes tourments. C’est promis.

Coucher de soleil Anvers

Publicités

Ne soyez pas timides, dites quelque chose...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s