Alicante: la plage, la mer et un voilier

Lorsque j’évoque les années passées à Alicante, il y a cette sensation de lumière qui me vient à l’esprit instantanément. Apparait ensuite, la palette des couleurs. Vert, pour la mer, lorsque vous êtes encore à quai. Bleu intense après une heure de navigation.

Peut-on ne pas aimer la mer alors que l’on a fait le choix de vivre dans une ville de méditerranée ?

Bientôt quatorze ans à Paris, et mes souvenirs font déjà tout pour s’enfuir. Vont- ils finir dans un recoin de ma mémoire, anéantis par ceux plus récents ? De peur de les voir s’effacer, mon choix est fait. Cet été, j’ai choisi de revivre la mer.

A bord de l’Olokun, entourée de fidèles moussaillons, nous revenons sur les histoires qui ont fait notre rencontre et forgé notre amitié. A l’époque c’était la Mer du Nord, si rebelle, aujourd’hui c’est la Méditerranée, tellement plus soumise.

La mer, toujours la mer. Cet immense horizon bleu qui rythme aujourd’hui notre voilier jusqu’à Tabarca, l’île plate. C’est autour de Tabarca que la mer se change en bleu cristallin pour laisser transparaitre une infinité de poissons multicolores. A quelques dizaines de mètres de la côte aride, stationnés sur les vagues ondulantes, nous buvons, nous plongeons, nous partageons notre précieux patrimoine : les bons vieux souvenirs.

Arrivent déjà les premiers rayons du coucher de soleil, orangés, puis mauves. Ils nous surprennent heureux, les cheveux au vent dans la dernière ligne droite pour rejoindre le quai. Arrivés au port, à peine mettons-nous pied à terre que nous avons déjà envie de reprendre la mer. La question qui nous démange : à quand la prochaine traversée ? Il ne faut pas laisser les liens de l’amitié se desserrer.

Mes amis reprennent leur quotidien, moi je suis chanceuse. Ma villégiature à Alicante peut encore se poursuivre quelques jours.

 

Sur les plages, le soleil au zénith, le blanc du sable est presque éblouissant. Je suis impatiente qu’il décline les tonalités ocres du couchant. C’est un moment privilégié pour rester sur la plage à observer la belle jeunesse aux cheveux mouillés et à la peau ambrée.

Les instants que je préfère, ceux qui précèdent le coucher de soleil. Le moment parfait pour le pique nique tant espéré avec J. Les lumières de la ville en fond d’écran, quelques tranches d’un bellota, quelques picos, et dans nos verres un Santa Rosa d’E. Mendoza, mon vin fétiche de la région. Juste de quoi trinquer à la douceur de l’été méditerranéen et à tant de moments de complicité.

On dirait que le rideau de la nuit ne se décide pas à tomber, aurons-nous encore l’énergie de prolonger la soirée ? Et vous, aurez-vous envie de lire la suite ?

Publicités

Une réflexion sur “ Alicante: la plage, la mer et un voilier ”

Ne soyez pas timides, dites quelque chose...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s